Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Au cours des dernières années de son existence, AssoR Hist & Bd et/où ses auteurs ont été amenés à démentir des rumeurs ou à dénoncer des actions... C'est naturellement dans le cadre d'un droit de réponse et de mémoire que celles-ci sont dévoilées

 

Cliquez sur la page ci-contre pour voir la page que Thierry Lemaire a refusé

Scan10217.JPG

 

Cliquez sur la page pour comparer le sommaire du livre avec ceux des deux magazines.

Voir ci-dessous 

pour les découvrir.

Histoire d'une usurpation !

Nous ne l'avions pas dévoilé, par égard à un éditeur ami qui a été abusé...

En septembre 2013, Les éditions Ysec publient le livre "Les Gaulois" auquel Thierry Lemaire avait participé

- d'une part parce qu'il s'agissait de remettre en forme les articles publiés dans les hors série "Gaulois" paru en 2012.

- d'autre part parce ayant déja fait le travail en revoir la nouvelle présentation avec la graphiste qui avait fait les Hors séries ne serait pas très compliqué.

Alors que la maquette du livre est pratiquement terminée, Eriamel refuse d’endosser le rôle de superviseur qu'on lui propose (voir image ci-jointe à gauche)

- d'une part parce que, faute de place, les deux articles qu'il a rédigé dans les Hors séries du magazine n’apparaîtront pas

- d'autre part parce qu'il ne se reconnait pas dans un rôle de superviseur d'articles rédigés par d'éminents spécialistes.

Il était apparu dans les magazines comme coordinateur.

Qu'elle ne fut pas notre surprise, lorsqu'au mois d'Octobre 2013 après la parution du livre, nous découvrons qu'au pied levé Silvio Luccisano est devenu le conseiller Historique d'un ouvrage où il n'a rien fait usurpant le travail de coordinateur et le travail graphique (voir exemple plus bas) réalisé par un autre.

L'éditeur dont les Hors Séries étaient sa première incursion chez les Gaulois, avant de décider de les transformer en livre, a-t'il, suite ce désistement, cherché une "caution", connaissant le travail éditorial sur les Gaulois fait par AssoR Hist & BD, et joint Silvio Luccisano, encore membre du bureau d'AssoR Hist & BD, dont la signature apparaissait dans quelques articles (en fait, la reprise des cahiers pédagogiques des albums qui avaient été publiés dans les Hors Séries). Un bruit nous est cependant parvenu, le conseillé historique nouvellement promu aurait affirmé qu'il avait supervisé le travail de Thierry Lemaire sur les magazines... Ce qui est abracadabrantesque !

C'est d'autant plus étonnant que ce dernier est très à cheval sur ce qui lui appartient en tant que scénariste, quitte à perturber la sortie d'un album, parce que son travail de scénariste n'avait (selon ses dires) pas été totalement respecté. (sic ! - voir ci-dessous)

ItiHS1__Couv.jpg

La parution du livre tombe pile au moment de la démission de Silvio Luccisano de son poste de Vice-président et de membre d'AssoR Hist & BD le 30 octobre 2013.

 

Cliquez sur l'image pour découvrir les deux magazines Hors Série sur les Gaulois.

Les Gaulois_extrait alesia.jpg

 

Cliquez sur la double page ci-contre,

à comparer avec celle du magazine Hors Série. La carte retouchée par Thierry Lemaire, les légendes des images, rien n'a changé et tout  

est resté dans le livre...

Scan10218.JPG
Les Gaulois-1.jpg
livre les Gaulois.jpg

 

la nouvelle

et définitive 

page de titre

du livre.

information rédigée par  Th Lemaire le 5 avril 2019, sous sa seule responsabilité.

Après avoir retrouvé quelques fichiers archivés.

AGISSEMENTS INCORRECTS :
Le 22 novembre 2017, nous avons reçu d'une grande librairie de Versailles un message (avec copie aux organisateurs d'une manifestation littéraire) dont voici un extrait :

"L’année dernière déjà un de vos auteurs a sciemment retiré les ouvrages qui avaient été commandés pour les cacher… 100% de retours…

Nous voudrions passer à autre chose et simplifier à l’avenir les opérations. Voilà nous voulions simplement vous en faire part. Bien cordialement, B.G.B"
 

Nous avons donc été contraints d'apporter la réponse (mail du 22/11/2017) à ce libraire et aux organisateurs :
"En ce qui concerne l'an passé, aucun de nos auteurs, n'étaient sur le festival, mais vous devez sans doute évoquer les auteurs de la maison d'édition "G..... V....". MM Luccisano et Ansar ayant rompu, brutalement, avec Assor Hist et Bd en mars 2015, après avoir monté dès 2013, dans notre dos et sans nous le dire, leur maison d'édition.

Nous avons appris plus tard, qu'en effet ces personnages refusaient de dédicacer les albums dont ils sont pourtant auteurs (au détriment même de leur droit d'auteur, sic!), dès que nous avons eu connaissance de cela, nous avons informé et nous informons, quand ces auteurs sont pressentis sur un festival, les organisateurs pour qu'ils informent les libraires de ne pas prendre leurs albums ou demandent à ces auteurs, avant leur commande, s'ils dédicaceront les albums en question.

Nous ne pouvons manifestement être tenu pour responsable des agissements d'un autre éditeur (S Luccisano étant Président de G..... V.... et C. Ansar l'époux de la trésorière de cette structure)."

Déjà en juin 2016, au musée de Saint Romain en Gal, alors que des planches de l'album Alésia étaient exposées, C. Ansar avaient refusé de dédicacer l'album Alésia dont il a pourtant réalisé 51 planches. Heureusement pour les visiteurs de l'exposition - dédicaces, Laurent Libessart a dédicacé l'album.


Depuis le début de l'année 2017, sur le site d'un éditeur dont nous n'avons pas à faire de la publicité on peut lire dans la bio de l'un de ses auteurs Silvio Luccisano : 
... il procède de même pour l'écriture des scénarii de ses autres BD ( Le casque d'Agris T1,2,3 et 4...)
et sur la Bibliographie :
- Le casque d'Agris, (tomes I,II, III) : AssoR Hist & BD, 2005, 2008, 2012 
- Le casque d'Agris (tome IV) : AssoR Hist et BD, 2016. Le scénariste considérant que son travail n'a pas été totalemment respecté, a refusé que son nom figure sur cet ouvrage.
AssoR Hist BD s'est engagé aux termes d'une transaction à insérer une page erratum dans chaque exemplaire imprimé et diffusé. Aucun exemplaire d'Agris IV comportant dans le tirage actuel sur la couverture le nom de Silvio Luccisano ne peut être vendu ou difusé sans la mention ci-dessus."

DROIT DE REPONSE : Pendant près d'un an, la biblographie de M. Luccisano et sa bibliographie sur le site de cet éditeur ne comportait pas la mention du casque d'Agris tome 4, l'auteur respectait alors un document tripartite signé par lui-même, la dessinatrice Claire Bigard et Serge Mogère pour notre maison d'édition en ne le dévoilant pas à son (nouvel) éditeur ni a personne d'autre.
Soudainement conscient de la bourde qu'il a commise en demandant à ce que cet album ne soit pas mentionné à son nom, il communique à son éditeur, et revendique par le site de ce dernier, avec lequel notre maison n' a aucun lien, le fait qu'il est le scénariste de l'ouvrage Agris 4 et renie, de fait, sa signature.

Il est étonnant qu'un éditeur dévoile au public un accord :
- qui est du domaine du confidentiel, 
- qui ne regarde pas sa maison d'édition (même s'il concerne un de ses auteurs).
Par cette façon d'agir, cet éditeur rend public un différent qui n'avait pas lieu d'être exposé, réglé par un document. La signature de ce document n'engage pas seulement AssoR Hist et BD, elle engageait également tous les signataires.
Silvio Luccisano revendique maintenant le scénario. Le document dévoilé démontre qu'il n' a pas fait la totalité du scénario du casque d'Agris tome 4, en effet dans le document nommé par l'éditeur indélicat, le scénariste Luccisano accepte de partager ses droits d'auteurs pour le scénario avec Claire Bigard la dessinatrice, dont acte.
Le scénariste a également dévoilé d'autres informations qui ont été depuis relayées par d'autres sites ou forum sur le Web,
nous apporterons donc plus loin réponses à des rumeurs.
AssoR hist et BD - Novembre 2017.


C. Ansar évoque ses relations avec AssoR Hist & Bd dans un interview accordé au bulletin des auteurs du SNAC en ces termes «  les relations avec notre ex éditeur chez qui nous avions publié Alésia étant devenues pénibles… Nous avons décidé de fonder G..... V....»

DROIT DE REPONSE :
Nous venons d'envoyer au SNAC le droit de réponse suivant :
 AssoR Hist& BD demande un droit de réponse suite à l’interview donné à C. Ansar dans le bulletin des auteurs du SNAC, en avril 2017 et la phrase : «  les relations avec notre ex éditeur chez qui nous avions publié Alésia étant devenues pénibles… Nous avons décidé de fonder G..... V....»
Christophe Ansar, en a terminé avec AssoR Hist & BD en 2011, à la date de sortie de l'Album Alésia, les relations qu'il a eu par la suite avec son ex éditeur, c'est l'information qui lui est communiquée par le comptable de notre maison d’édition, tous les ans, sur les ventes de cet album et deux dessins que nous lui avons commandés pour un musée fin 2013.
Monsieur Ansar a un seul passif, à l'égard d'assoR Hist et bd, qui date de 2011, il n'a pas terminé l'album Alésia parce qu'il avait pris plus de six mois de retard et que notre contrat de coédition de notre maison d’édition avec Muséoparc, comprenait une date d'édition et des pénalités de retard, 
La personne qui a arrêté le travail de C. Ansar n'est autre que le président d'AssoR Hist & Bd de l'époque et actuel président de G..... V.... : M. Silvio Luccisano.
 Fin 2013, effectivement nous avons confié à ce monsieur la réalisation de dessins pour un musée archéologique, ce dont il nous a remercié. Ce que nous ne savions pas à l’époque, c’est que G..... V.... qu’il dit avoir été fondée pour se libérer des relations pénibles avec notre maison d’édition existait depuis le 2 avril 2013, Nous n’avons appris l’existence de cette maison qu’au cours du troisième trimestre 2015


Dans le mail que nous avons adressé au SNAC, nous ajoutions : 
Nous n'avons voulu aller plus loin, cependant un autre passage de l'interview nous a frappés : Signerez vous encore avec un éditeur classique ?

Nous sommes étonnés que le SNAC voit une différence entre AssoR Hist et BD, asso loi de 1901, d'auteurs avec quelques bénévoles et ... G..... V...., asso loi 1901, d'auteurs avec également d'autres bénévoles (ceux qui sont au bureau, dans les deux assos). 

On ne sait pas pourquoi le SNAC roule pour un éditeur, même associatif, c'est un éditeur .

C'est ce qui nous a été dit, il y a quelques mois...par le snac 

AssoR hist & Bd - 27/11/2017

PRECISIONS
Lu sur un site (Chronique de l'Oppidum N° 106 -Septembre 2017)  
" ... Silvio Luccisano était le maître d'oeuvre. Or ce dernier s'est fâché avec l'éditeur au sujet qu quatrième tome de sa magnifique série "Le casque d'Agrise (publiée chez ASSOR BD - cf. Ibid.) l'accusant d'en avoir censuré certains passages. Silvio Luccisano a donc fondé sa propre maison G..... V.... pour publier."

A) Il est vrai qu'auparavant sur le site "le casque d'Agris" site du scénariste aujourdh'ui retiré, ce dernier indiquait qu'il avait été censuré. (voir visuel ci dessous).

fond_ecran_site_agris_critique_éditeur.j

La copie d'écran masque volontairement le bas de la vignette...

fond ecran site agris critique detail.jp

 Le texte présenté à la dessinatrice par le scénariste était encore plus désastreux que l'image ci dessus. Il lui signifiait de faire un dessin "Hard" pour que les cochons lubriques se rincent l'oeil. Auparavant dans l'album, celle ci aurait dû également suggérer l'homosexualité chez les Gaulois. Sic ! 
Heureusemnt la dessinatrice est une vrai professionnelle , la série Agris étant familiale elle a effectivement revu son dessin et oublié de suggérer ce qui lui avait été demandé sur un autre dessin. De là à évoquer une censure du scénario (il n'y a aucun texte sur la vignette en question.)

Peut on réellement évoquer une censure...

dans la mesure où la dessinatrice pensait comme l'éditeur ... pour une vision plus romantique des rapports humains dans une série familiale...

agris 4-44_strips hauts.jpg

Dans une lettre datée du 8 septembre 2017, adressée à un éditeur normand , Silvio Luccisano écrit :

"...puisque nous évoquons cet album et les éventuelles corrections à y apporter dans le cadre d'une réimpression future, nous souhaiterions, Messieurs Ansar, Rodriguez et moi-même, dans un esprit constructif, vous soumettre une proposition. En dédicaces, nous recevons régulièrement, de la part des lecteurs, des compliments concernant notre Alésia, tant pour son graphisme que pour sa narration et sa conformité archéologique. Cependant, tout le travail des auteurs est gâché par la médiocrité du travail qui incombe normalement à l'éditeur, soit la maquette et l'impression de
l'ouvrage.

Pour la maquette, il suffit d'examiner l'album pour s'apercevoir que ce travail n'a pas été réalisé par un professionnel.
- Sur la couverture, les logos ne sont pas alignés en bas de page.
- Sur la page des remerciements, les blancs tournants, ou marges, ne répondent pas à celles de la page en vis-à-vis.
- Page 2, la pagination est à 3 mm de la coupe, or, comme vous le savez, dans la profession il faut conserver 5 mm minimum pour éviter des accidents de coupe.
- Pour les pages BD, aucune n'est au même format, certaines sont plus hautes ou plus courtes que celles en vis-à-vis. Voici quelques exemples d'absence d'uniformité dans le format: pages 6/7, pages 8/9, pages 12/13, etc... Page 24, la pagination mord sur la case 4, et cette page n'est pas au format de la page 25. Idem, pour les pages 40/41, le comble étant les pages 66/67, et 68/69. La reprise de l'ensemble des blancs tournants de l'album, ne serait-ce que pour unifier l'ouvrage et respecter l'oeil du lecteur, nous semble donc indispensable pour ne pas dire une priorité.
L'impression, quant à elle, semble avoir été faite à moindre coût, cela se voit sur les couleurs qui sont tristes et fades. Quant au papier, c'est un couché de moindre qualité qui ,ajouté à l'absence de gardes en offset, contribue à défavoriser notre ouvrage.

Notre proposition, Monsieur, est donc de vous demander, en cas de réédition, de revoir entièrement la maquette de l'album et d'essayer d'améliorer la qualité de son papier et de son impression. Cet album, ses auteurs et ses lecteurs méritent ce plus..."

Problème de déontologie : Ecrire à un tiers pour dénigrer son propre ouvrage, on marche sur la tête...

Les lecteurs qui ont acheté "Alesia" apprécieront, de même que l'imprimeur, partenaire d'AssoR Hist et BD sur tous les derniers albums et que dire sur l'absence de gardes en offset... puisqu'elles sont imprimées en offset , sic ! 

Au sujet de la maquette de couverture, à l'époque de la sortie, le graphiste avait conservé un morceau de dessin de C. Ansar (que S. Luccisano ne voulait pas). L'équipe 2 par déontologie de n'avoir fait qu'une faible partie des planches, ne se voyait pas faire la couverture. La maquette réalisée a tenue compte des deux équipes, le choix de la réaliser mate avec le lettrage faux or à réhaussé la présentation de l'ensemble, qui, à l'époque, a été louée par tous les auteurs. 

Nous avons été d'autant étonnés que depuis l'édition de l'album en septembre 2011 et malgré deux rééditions (2012 et 2014), ces auteurs n'ont jamais adressé, à AssoR Hist & BD, de requêtes en ce sens.

M.Luccisano, devrait également, sur cet album, se la jouer plus modeste quand à sa "Conformité archéologique" et le travail gâché par l'éditeur ...

En effet au début d'album, Bibracte apparaît à l'époque gallo-romaine (la rue avec ses hauts trottoirs), et en fin d'album, des onagres font office de machines d'artillerie ( Ces machines apparaissent vers la fin du deuxième siècle après notre ère). Enfin, côté historique, en début d'album, César campe en pays lingon, deux mois sur place, du 15 juin au 15 Août ... (On y croit pas du tout).

DEONTOLOGIE II
Pendant le festival Historia du 16 au 18 février 2018, à Strasbourg où G..... V.... exposait au milieu d'autres éditeurs.
Christophe Ansar a proposé à un éditeur d'insérer une publicité dans le magazine de ce dernier. Il émettait toutefois une condition pour payer sa publicité : que les albums d'AssoR Hist et Bd soient retirés de la boutique de cet éditeur.
Un sacré manque de déontologie (qui fait partie de ces agissements incorrects que nous avons déjà dénoncés) que cet éditeur de magazines a sanctionné en refusant la proposition, nous ne pouvons que le remercier. 

DEONTOLOGIE III ... le syndrome des chevilles qui enflent


Le 16 juillet 2018, Silvio Luccisanoenvoie un mail au festival de Lexy :

 Je suis le créateur de la série "Le casque d'Agris", (4 tomes scénarisés) série pour laquelle j'ai apporté toutes mes connaissances en matière d'archéologie protohistorique, connaissances qui ont servi à guider les dessinateurs dans leur travail, mais également à mettre en valeur les albums par l'intermédiaire du concept du "cahier pédagogique" joint à la partie dessinée et pour lesquels j'ai écrit la plupart des articles.

Je suis également, et toujours sur le même principe visant à améliorer la vision du passé en s'appuyant sur les dernières données de l'archéologie ...l'auteur de "Alésia". C'est moi qui en effet, outre l'écriture intégrale du scénario, ai effectué tout le travail de recherche historique et archéologique et me suis chargé des relations avec les différents archéologues présents sur le projet. J'ai également rédigé la grande partie des articles du fameux "cahier pédagogique" qui fait le succès de cet album. 

Enfin, et pour terminer l'énumération des bandes dessinées sur l'antiquité publiées chez l'éditeur que vous mettez à l'honneur cette année, je ne voudrais pas oublier le bel album dessinée par Jean-Marie Woehrel, sur "Les empereurs gaulois" (1) dont je suis également l'auteur scénariste, En tout donc, 6 albums sur l'antiquité scénarisés avec sérieux par mes soins, qui ont permis à cet éditeur de ce faire un nom dans le domaine de la BD antique.

 ...Tout cela pour vous dire que c'est en grande partie grâce à mon travail de recherche et à celui d'écriture des scénarii, que ses albums, leurs dessinateurs et l'éditeur seront à l'honneur cette année chez vous. En toute logique, et sans vouloir paraître prétentieux, ma place à leur côté pour ce bel événement à venir, me semble justifiée.
Je peux même vous proposer de donner gracieusement une conférence sur " La collaboration entre auteur et chercheurs dans la réalisation d'une bande dessinée historique sur l'antiquité". Cette conférence permettra au public d'apprécier le travail de recherche sur mes scénarii"

(1) sur l'album le titre est " Postumus Empereur gaulois " Empereur gaulois étant au singulier.

Nous avons donc à notre tour écrit à ce festival 

" ...S'il est vrai qu'il est le créateur de la série Agris... Laurent Libessart et Claire Bigard ont également participé au scénario. En ce qui concerne le tome 4, il ne l'a même pas terminé et, a demandé, dans un protocole que son nom ne soit pas associé à ce tome. Nous sommes également surpris que Monsieur Luccisano revendique" l'écriture intégrale du scénario et tout le travail de recherche" pour l'Album Alésia, d'une part parce qu'il a demandé à l'éditeur d'accepter monsieur Jean-Louis Rodriguez comme co-auteur, d'autre part parce que un de nos scénaristes habituels a dû co-scénariser six pages dans le final de l'ouvrage. Voilà en ce qui concerne la paternité des scénarios.

 

En ce qui concerne l'éditeur, quand monsieur Luccisano intégre l'équipe, il y a bien longtemps que l'éditeur que nous sommes incorpore des "cahiers pédagogiques" en fin d'albums, à la différence près que les cahiers ne sont pas des cahiers d'auteurs mais des cahiers d'éditeur non signés.  (Aurions nous dû pressentir, à l'époque, des problèmes d'ego ?)

 

Monsieur Luccisano vous propose une conférence "La collaboration entre auteur et chercheurs dans la réalisation d'une bande dessinée historique sur l'antiquité". Permettez nous d'être surpris par cette proposition, en effet lors d'une fête historique où il était annoncé, et dès qu'il a apprit la présence de l'un de nos auteurs à cette fête, Monsieur Luccisano a annulé unilatéralement sa venue et les deux conférences qu'il devait donner. Aux organisateurs qui l'ont contacté, il a annoncé qu'Eriamel lui pourrissait ses conférences (alors que ce dernier n'a jamais assisté à aucune d'entre-elles).

 

Nous devions cependant réagir à : "... chez l'éditeur que vous mettez à l'honneur cette année...Tout cela pour vous dire que c'est en grande partie grâce à mon travail de recherche et à celui d'écriture des scénarii, (6 albums sur l'antiquité scénarisés avec sérieux par mes soins qui ont permis à cet éditeur de se faire un nom dans le domaine de la BD antique).que ses albums, leurs dessinateurs et l'éditeur seront à l'honneur cette année chez vous"
Nous n'avons pas besoin de monsieur Luccisano pour nous faire un nom dans le domaine de la BD antique, ce n'est d'ailleurs pas notre but et il faut relativiser (Que représentent nos BD par rapport à la production nationale ?), par contre, se faire un nom est, peut-être, l'objectif de monsieur Luccisano," sans être prétentieux", dans ce domaine. 

Vous aurez cependant remarqué que ses co-auteurs sont également oubliés dans sa revendication. En fait ce personnage souffre d'un gros problème d'ego, c'est dommage, sans cela cet auteur ne nous aurait pas quitté et serait à votre festival avec nous.

Nous ne vous interdisons pas d'inviter M. Luccisano à votre festival, ni a d'autres manifestations où nos auteurs viennent de l'inviter. Nous sommes au dessus de cela, la réciprocité cependant n'est pas vraie. Plusieurs fois, aux Arverniales comme également dans des archéosites ou musées il nous a barré la route évoquant un mauvais climat pouvant ternir une manifestation si nous nous rencontrions ..."

Tout cela pour cela !

mail de S. Luccisano adressé au festival BD le 18 juillet après notre réaction

" Tu m'as aidé à gagner un pari avec un ami, en l’occurrence ici une bouteille de champagne, que je ferai réagir au quart de tour T. Lemaire et ce, en moins de 2 jours. ...

Cela a marché, tu vois, il suffit de mettre une pièce dans la fente et on a droit de suite à la même chanson. 

Pari gagné donc, et encore merci je boirai le champagne à la santé de ton festival."

 Même si on y croit pas du tout, si cela est vrai, se servir d'un festival BD, qui n'est pour rien dans nos différents, pour exploiter une vieille rancoeur...

Lamentable ! 

IMG_0864_Bem.jpg

Nous aussi, nous avons bu le champagne avec les organisateurs du festival de Lexy,

 à la santé de ce "grand" absent...